l'Èglise est avec moi de l'amour et mariage de mes parents à travers le don de la vie et l'éducation, dans le sécoles, voyages, éducation, rencontre du pape Jean-Paul II, mes professeurs, mes amis à Rome, Paris et Sydney, Bruxelles, Bonn ma femme de l'Allemagne, mon travail comme journaliste et éditeur online new media
   


En 1981 quand j'ai quitté l'ordre maronite pour ne pas faire le vote perpétuel de chasteté par une décision de prise de conscience personnelle et de vision. aprés la consultation de toirs prêtres amis un est devenu évêque. Malgré les offres attractives d'une belle carrière au niveau d'un ordre et de l'Église car tous ont prévu que je deviendrai un jour un évêque et en plus. Mon idéal n'ést pas les carrières c'est plutôt de connaître et suivre la vérité et de la servir avec amour et passion dans la perspective de "la civilisation de l'amour". Mais combien de récréations j'ai pu les supporter à partir de mes parents aux certains clergés peu qui ont accepté ma décision. Même mes amis prétres, abbés et professeurs dans des universités qui sont devenus aprés des évêques. Au Liban dans l'Église il y a une intolérance de quelqu'un qui quittait le séminaire ou le sacerdoce ? malgré qu'on fait des excercices spirituel avec prières, méditations et consultations mais dans la réalité ça devient comme quelqu'un qui a trahi Dieu et l'Église, une coutume intolérante comme celui dans la religion musulmane qui se convertit à une autre religion, c'est sa mort physique dont son sang devient halal lécite. Dans la religion le failliment dans la société civile. Moi je cherche mon équilibre humain moral, intellectuel, psychologique et sexuel á vivre l'home de la Cité tel que je l'ai appris dans le Magistère de l'Église, du Concile Vatican II (j'ai participé à la traduction du Text Église dans le monde de français à l'arabe avec un ami laic engagé A. C. à Beyrouth en 1981. J'a affronté ma vie dans sa réalité humaine, de vivre une harmonie entre les dimensions de mon corps, ma profession comme enseignant et pédagogue dans les écoles chrétiennes et publiques au Liban avec cohérence de vie et d'enseignement. Vivre cet idéal n'est pas une chose qui n'est pas facile. Mes confrères certains sont tombés dans l'homosexualité qui sont devenus des prêtres et certains responsables vivaient contrairement à leur voeu de chasteté du Liban à Rome j'ai déjá connu ces exemples jusqu'à des cas de pédophilie et homosexualité parmi des hommes de l'Église qui ont fait une belle carrière au plus haut niveau du pouvoir ecclésial.

Alors je me suis engagé dans le laicat chrétien en m'inspirant du Concile Vatican II dans mes activités comme enseignant, pédagogue dans les écoles et paroisses, aussi activités dans les milieux inter-universitaires au Liban de 1981-1985. J'ai fondé un mouvement pour les jeunes au Collège-Mont-La-Salle le MEJ, puis dans deux paroisses à Beyrouth et à Dbayeh , et la fondation de la Paroisse universitaire au Liban dont j'étais le responsable de 1982 au 1983 avec des activités inter-universitaires et inter-disciplinaires. Oui j'a pensé à devenir prêtre marié mais elle n'étais jamais maturé dans ma tête ou de passer à la réalisation certains prêtres amis ont évoqué souvent ceci, mais quelque chose qui me pousse vers un autre horizon et vision. J'avais plus de liberté d'action et de promotion, avec des créativités pastorale, sociale et culturelle ainsi que l'académique. Le Liban est arrivé à un point que les éducateurs et promoteurs chrétiens n'ont pas une place dans la société civile et même dans les institutions de l'église maronite libanaise, l'influence des milices est devenue si forte l'admission et le refus dépend qu'il porte une carte d'adhésion à une milice chrétienne ou á un de ses leaders.

Mais la voix du Pape Jean-Paul II qui m'a attiré de venir à Rome et à poursuivre mes études sur le mariage et famille à l'Institut Jean-Paul II. J'ai pris le risque d'y partir sans rien préparer où je serai logé et j'ai envoyé les documents de l'inscription avec un ami. À Rome la sécrétaire de l'institut qui me disait ce prêtre n'a rien demandé des informations pour vous. Quel choc, mais heureusement qu'il m'a redonné les documents, certificats et diplômes. Lá j'ai fait mon inscription avec une lettre de recommandation (obligatoire) d'un vicaire patriarcal maronite de présentation et d'aide à qui de droit. Une chose positive en soi-même qui ne fait engager pas les autres selon la propre conscience personnelle et professionnelle. Mais personne des 4 prélats maronites a voulu m'aider de m'orienter. Pour la congrégation orientale était suffisante de mettre un sigle de la congrégation pour la carte de séjour. Vraiment un policier itlaien de la Questura qui m'a donné cette information et le sous-sécrétaire de la Congrégation qui est devenu le premier nonce apostolique en Bulgarie qui m'a encouragé beaucoup. Même il a pensé de pouvoir recevoir une petite aide pour l'inscription à l'université. Quel bonheur que le sécrétaire général de l'université du Latran m'a octroyé de réduction annuelle 70% des frais universitaires. Ce qui m'a permis de pouvoir continuer mes études. C'est la solidarité tacite des institutions du Saint-Siège pour les étudianrs venants des églises en détresse comme le Liban. J'étais le premier laic maronite oriental à faire l'inscription. Au Latran j'ai eu une belle ambiance de l'enseignement, des professeurs avec leur appréciation et encouragemen avec la rigourosité et la discipline certain était sévére avec moi malgré que la situation au Liban de mes professeurs, doyens et recteurs jusqu'à l'an 2000 avec le grand Jubilé de l'Église et du Latran avec le cardinal Angelo Scola qui m'a présenté au grand pape Jean-Paul II et il m'a envoyé cette photo comme un geste de vision et de prophétie.

Mes amitiés avec certains catholiques italiens de l'Immacolata Concezione, Communione Liberazione, Focolarini, Communauté Saint Egidio, Communauté francophone de Saint Louis des Français mais jamais avec la communauté des maronites car les prélats et clergés (prêtres et moines) étaient concentrés pour le bien de leur propre clan familial, de tisser des amitiés avec les personnalités italiennes et internationales, avec les miliciens dits chrétiens (on a quitté le Liban a cause de leur terreur), puis toujours discriminé par certains clergés maronites jusqu'à faire des complots et caloumnies, espionage et intrigues pour m'empêcher à porter en avant mes études malgré la mauvaise situation au Liban, des chrétiens qui s'entretuent, tantôt contre l'armée de la Syrie et les milices musulmanes et factions palestiniennes armées, mais aussi toujours la zone chrétienne est soumisé à ses massacres et assassinats des membres et leaders rivaux de cette mélice chrétienne ou de ce clan néo-féodal dont les hauts clergés de l'Église maronite qui n'ont pas pu en sortir avec cette mentalité jusqu'à maintenant.

Mais l'amour, l'affection et la solidarité à l'ombre de l'Église de Rome et du Pape Jean-Paul II que j'ai pu dépasser les 1000 difficultés jusqu'à la rencontre de la personne de l'amour universel de grâce et de bonté de l'imago Dei du Pape vers le mois de mais durant le mondial de football en 1990 en Italie.

Dr El-lakkis

© FOIRALLE


Home

 
 
 

 

 

 
© FOIRALLE